الرئيسية الأولى

الإثنين,18 أبريل, 2016
“Voile à l’université : instrumentalisation politique “

Hier c’était le voile est un asservissement de la femme”. Aujourd’hui c’est “il faudrait une loi pour interdire le voile à l’université ”
De jour en jour les infâmes propos tenu par le premier ministre Manuel Valls montent en crescendo.
Encore une fois la femme musulmane voilée subit des injures et proposition absurde de la part du premier ministre sencé représenté tous les citoyens dans leurs diversités .
C’est indigne d’un premier ministre en fonction.
Cela sonne encore une fois la course à la présidentielle et le glas de la campgane est l’islam et en particulier depuis deux semaines un acharnement médiatique sur le voile. Un débat passion que s’empare la sphère politique et tous les médias.

L’évolution de la discrimination va en augmentant. Hier en 2004 la loi sur les signes religieux à l’école était soit disant légitimé par leur jeune âge, quelles ne pouvaient réfléchir par elles mêmes. Quelles pourraient être contrainte par un soit disant père ou frère.
Mais qu’en est il aujourd’hui de cette proposition de faire une loi à l’université ??? Ne sont elles pas majeures et vaccinés ? ?
Valls veut démontrer “la compatibilité de l’Islam avec la république” en privant certaines femmes musulmanes de l’université ? Eh oui, comme il tres bien stipulé la femme voilée est “asservie’ alors nous lui interdirons l’école, l’université et le travail. D’une logique implacable monsieur Valls.

Invoquant le principe de laïcité, qui je le rappelle à toutes fins utiles, qu’il ne s’impose qu’à l’Etat et ses représentants devant rester neutre et Non les citoyens.

Valls précisera néanmoins : “Il faut protéger nos compatriotes de confession musulmane de la stigmatisation et actes antimusulmans”.
Ils ont décidé que nous les femmes voilées resteront des éternelles mineurs incapable de réfléchir par elles mêmes et de prendre des décisions qui la concernent,aucune liberté de penser choisir réfléchir.
C’est de l’auto aliénation et le film cauchemardesque continue.

Comment parler au nom des autres? C’est limite une colonisation de l’esprit qui se met en place. “Non tu n’es pas libre non tu te voiles la face ” en te pensant libre à travers le port de ce voile.
Laisse moi te dicter tes pensées et ta liberté à notre manière à NOUS les politiques”.
Pourquoi ne pas inviter des femmes voilées à vos débats, médias et politiques?
Afin qu’elles puissent parler en LEURS NOMS!
Pourquoi ne pas les laisser s’exprimer?
Vous dites qu’elles sont soumises avec leur voile, qu’il en faudrait au plus vite une loi pour leur interdire l’accès à l’éducation.
Mais en réalité elles sont totalement soumises à l’état français qui les empêche de prôner leur liberté qui les empêche de vivre comme elles l’entendent.

Il est bien dommage que la seule liberté véhiculée par les médias et les ministres à la chaîne depuis quelques semaines sont là pour des fins électoralistes , que pour libérer la femme c’est de s’habiller d’une certaine manière que les politiques auraient choisie.
Alors que non la “vraie liberté” serait déjà de choisir de se couvrir ou non.
Qu’en est il de la liberté, fraternité, égalité, la devise française tellement connue ?

Il ose parler d’asservissement et d’autres disent que le voile est un outil de soumission à l’homme alors qu’un voile permet, au contraire, à la femme d’être appréciée pour ce qu’elle sait, connaît et maîtrisé, pour ses compétences intellectuelles et pas uniquement pour ce que son physique dégage…

Monsieur et Madame les politiques, pensez vous que si femmes étaient asservies comme vous le prétendez (à tort!) elles sortiraient, iraient faire les magasins, voyageraient, iraient au Restaurant, s’instruiraient et travaillent dans des domaines variés et intellectuels , elles sont le socle de la société française d’aujourd’hui.

Le voile n’est pour elles qu’un habit qui parfait la tenue. Chacune est libre de s’habiller comme elle le souhaite tant que ça ne trouble pas l’ordre public. Et le voile ne le trouble pas !
Ce n’est pas le voile qui les enferme, mais la société qui fait d’un bout de tissu et d’une croyance son cheval de bataille à des fins uniquement politiques ! Vous leur interdisez le droit fondamental à l’éducation.
Car comme le décrètent la déclaration des droits de l’homme (art 10) et la constitution française (art 1er), “nul ne doit être inquiété pour ses opinions religieuses tant qu’elles ne troublent pas l’ordre public” et “la France respecte TOUTES les croyances”.

La France pays de l’intolérance, de la démagogie exacerbée. Sinon il y a plus de 3.592.000 chômeurs en France mais ça tout le monde n’en a cure. Le plus grand fléau de la société c’est le voile.

Nous assistons à des politiciens qui jouent aux dictateurs…
Pendant ce temps là, les vrais problèmes de sociétés comme le chômage, le logement, l’éducation….continuent à empirer mais bon il faut bien les cacher derrière un brouhaha permanent qu’est le voile .

Je vous demande d’aller chers détraqueurs d’aller vous renseigner sur le terrain. Suite à la polémique le secrétaire d’état Thierry Mandon à affirmé “qu’il n’y avait pas besoin de loi à l’université” ou encore la Sénatrice Nathalie goulet “ qui “s’est demandé s il n’y a avait pas de femmes musulmanes voilées en France de quoi Valls parlerait le chômage tout ça “
On assite à une polémique récurrente chaque année sur le voile à l’université alors qu’elle n’est nullement constructive et infondée , car sur le terrain cela est très très loin des enjeux et des défis de l’université, des problématiques des étudiants.
En effet les Presidents d’Université (CPU) ont tranché la question en disant quils etaient contre cette proposition de loi. Car ils sont au plus proche des étudiants et de leur quotidien et savent que c’est n’est pas un bout de tissu qui va amoindrir les compétences de ces brillantes élèves qui aspirent à un avenir meilleur.

Et qu’il est malheureux que ces discours prônent un discours d’exclusion alors que le souci de l’Etat devrait être celui de l’inclusion, de la promotion de l’égalité des chances pour tous…et de l’union.

Sur fond de crise économique et sociale, cela apparait comme une diversion malheureuse et clivante, plus qu’inoportune.

Alors monsieur le ministre et cie, quand l’état commencera à respecter les croyances et libertés individuelles, peut être que le climat français sera-t-il à nouveau serein, sans clivage d’une communauté à des fins strictement politiques.

Il est vraiment temps qu’on se réveille! Que les femmes musulmanes s’emparent de l’espace public, des débats, s’expriment écrivent,produisent. Qu’on arrête de parler a notre place. Les temps sont rudes très chères mais ensemble nous arriverons à faire tourner cette balance.

Meriem saghrouni